11.02.2015

Reprise des concours de belote au bar du Chêne-Vert

L’histoire du vénérable café centenaire du Chêne-Vert ne saurait être complète si l’on ne retraçait pas les grandes soirées des concours de belote. Depuis l’époque du café Dauris où déjà l’on tapait le carton occasionnellement, jusqu’aux premiers championnats sous l’ère du regretté Jacky Satgé et la maintenance de cette animation ludique et conviviale sous la houlette de Christian Blondin, les murs du troquet belvézien en ont vu de toutes les couleurs. La grande épopée des championnats a rassemblé jusqu’à une quarantaine d’équipes qui venaient de presque tout le département. Il est vrai que cette formule attirait les amateurs ne serait ce que par les lots qui étaient distribués : homards, langoustes, longes de porc, jambons, gigots, volailles, bouteilles, etc… Depuis Aigues-Vives dans le Minervois, Salsigne, Carcassonne, Castelnaudary, Limoux jusqu’à l’Ariège limitrophe, sans parler bien entendu des locaux de tout le Razès, l’on venait sans compter les kilomètres pour tenter de gagner l’un de ces lots prestigieux. Quant au championnat, il récompensait en fin de saison les dix meilleurs beloteurs de l’année avec coupes et cadeaux. Petit à petit, les anciens s’en sont allés et le nombre de joueurs s’est étiolé. Il faut dire que la belote s’est généralisée un peu partout et de ce fait les distances à parcourir pour battre les cartes se sont raccourcies.

Premier concours, Jeudi 12 février à 21h au bar du Chêne-Vert

Après quelques années de sommeil, voilà que les concours vont reprendre au Chêne-Vert sous l’impulsion de Justine Blondin, la jeune et charmante gérante. C’est ce jeudi 12 février que sera donné le départ d’une saison qui pourrait durer jusqu’au mois de juin. Finie l’époque où les concours se disputaient avec annonces. Désormais, non seulement pour l’attrait du jeu mais pour être mieux en conformité avec le règlement officiel, les concours de feront en quatre parties de douze donnes et sans annonces, seule la belote sera prise en compte. De quoi attirer les puristes de ce jeu qui a été importé en France au début du XXème siècle par des diamantaires hollandais. Une ambiance quelque peu similaire de la célèbre partie de cartes de Marcel Pagnol va donc imprégner le bar du Chêne-Vert et l’on revivra peut-être les dialogues de César, Panisse, Escartefigue ou Monsieur Brun. « C'est ce coup-ci que la partie se gagne ou se perd, allez ! Tu me fends le cœur ».Belote Chêne-Vert.jpg

En 1990, les champions se nommaient Joël Sanchez (assis au centre) et Alain Bourrel (assis à droite).

Les commentaires sont fermés.