31.08.2017

Pierre Fédou est parti cultiver les jardins de l'éternité

Fédou Pierrot.jpgAu petit matin du vendredi 18 août, la triste nouvelle du décès de notre concitoyen Pierre Fédou,à l’âge de 74 ans s’est propagée dans le village entraînant un sentiment de profonde tristesse tant le personnage était connu et réputé dans le Razès pour sa constante bonne humeur et sa grande générosité. Originaire de Cailhau, Pierre Fédou avait juste 16 ans lorsqu’il a commencé le travail de la terre au domaine d’Antoine Coll à Gramazie. Il a dû rapidement interrompre cette vie active pour aller faire son service militaire en Algérie qui se trouvait en période de conflit. A ce titre, il avait été honoré en mars 2016 par la remise de la médaille de la Reconnaissance de la Nation.

Au retour de cet exil, il épousera Marie et le couple s’installera au domaine de Malleville sur la commune de Routier. Sa vie sera bousculée en 2002 avec tout d’abord la disparition de son épouse à la suite d’une longue maladie, ensuite avec ses droits à la retraite qu’il fera valoir au terme de nombreuses années de bons et loyaux services. C’est alors qu’il se consacrera entièrement à ses autres passions que sont le jardinage et l’élevage de volailles. D’un tempérament jovial complété par une générosité sans limites, « Pierrot » comme tout le monde aimait l’appeler, a fait profiter à une multitude de gens, d’amis, de voisins le fruit de ses passions.

C’est en 2015 qu’il viendra s’installer à Belvèze avec sa compagne Madeleine qu’il épousera le 9 juillet 2016. Malheureusement des premiers signes de fatigue générale l’ont grandement affaibli par la suite et son état de santé n’a cessé de décliner jusqu’à ce que ses dernières forces ne l’abandonnent. Son éternel sourire, sa bonne humeur permanente nous manquent déjà. A Madeleine son épouse, sa famille, ses amis, ainsi qu’à toutes les personnes que ce deuil afflige, nous adressons nos très sincères condoléances.

Photo : Jovial et généreux, « Pierrot » Fédou était un jardinier hors pair qui savait donner sans compter.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.