22.02.2018

Ancien maire de Belvèze, Louis Hounoux vient de nous quitter

HOUNOUX Louis 1.jpgAvec le décès de Louis Hounoux, c’est une grande figure de la vie locale qui vient de disparaître. Effectivement, le défunt avait été le premier magistrat de la commune au cours de cinq mandats successifs (1er adjoint 1965-1967 puis maire 1967-1995).

Belvézien d’origine, il n’avait jamais quitté son village natal avant d’être incorporé en 1942 dans les chantiers de jeunesse. Dans cette période de conflit mondial, il sera transféré par la suite à Nuremberg en Allemagne dans le cadre du Service du Travail Obligatoire (STO) où il restera deux ans.

La guerre finie, il entamera une carrière professionnelle du côté de Toulouse comme journaliste à La Dépêche du Midi tout en s’intéressant parallèlement à la vie du village pour s’y investir d’une façon plus concrète en se faisant élire au conseil municipal. C’est après avoir fait valoir ses droits à la retraite en 1982 qu’il se consacrera pleinement à son rôle de premier édile avec une âme d’urbaniste-bâtisseur pour transformer, embellir et faire évoluer Belvèze.

Tous les lotissements périphériques au noyau historique du village, la nouvelle mairie, la résidence du Parc, la réhabilitation de l’ancienne distillerie (Espace Razès) sont parmi tant d’autres les principales réalisations qui ont permis au village d’évoluer positivement. Ancien sportif, il avait joué comme ailier dans le club de rugby local de cette époque d’après-guerre et c’est son amour du sport qui l’avait incité à créer en 1970 un complexe sportif avec piscine et camping qui était envié dans tout le Razès. Dans la continuité, la réalisation du plan d’eau a permis au village de se doter d’un espace de loisirs particulièrement apprécié des pêcheurs.

Après trois décennies d’investissement personnel dans la commune, il prendra sa retraite d’élu en 1995 en gardant toutefois un œil intéressé sur la vie locale. C’est en 2017 que sa santé s’est grandement fragilisée pour aboutir en ce début du mois de février à une issue fatale alors qu’il venait d’accomplir ses 96 ans. Les belvéziens garderont de lui l’image d’un homme instruit, honnête et très consciencieux.

En ces moments de profonde tristesse, nous adressons nos très sincères condoléances à sa famille, ses proches ainsi qu’à toutes les personnes affligées par ce deuil.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.