13.02.2015

Neige : l'efficacité des employés communaux

L’épisode neigeux de ces derniers temps a quelque peu perturbé la circulation au cœur de notre village. Une circulation automobile tout d’abord avec petite une couche de neige sur la chaussée ou bien tout simplement la circulation des piétons lorsque cette même chaussée est devenue verglacée. Face à cette situation incommodante, la municipalité a su réagir rapidement et les employés communaux ont fait en sorte de rendre praticable l’ensemble des rues du village. Un tracteur équipé d’une lame chasse-neige et un second nanti d’une saleuse ont suffi pour que tout rentre dans l’ordre très rapidement. Les employés ont également déneigé et sécurisé les entrées des commerces ainsi que les devants de porte des personnes âgées. Depuis, le temps s’est amélioré et le soleil est revenu réchauffer cette ambiance hivernale.Déneigement employés communaux.jpg

Les employés communaux ont été réactifs face à l’épisode neigeux.

 

10.01.2015

Renversant : l'attelage tracteur-citerne dérape et se retourne

En fin de matinée de ce jeudi 8 janvier, les travailleurs des vignes avoisinantes du Domaine de Cazes ont eu leur attention détournée par un fait divers qui aurait pu être plus catastrophique que ce qu’il n’ait été. Un gros attelage tracteur et remorque-citerne qui empruntait un étroit chemin rural d’accès aux champs s’est retourné dans un grand fracas après avoir glissé le long d’un talus humide. La citerne pleinement chargée de lisier a ripé vers le talus entraînant dans son irréversible élan le lourd tracteur. Fort heureusement le conducteur de l’engin a pu sauter à temps, évitant ainsi d’être également entraîné. Beaucoup de frayeur mais pas le moindre mal car ce genre de situation aurait pu être bien plus catastrophique.Tracteur Citerne renversés.jpg

Le lourd attelage s’est retourné au pied d’un talus glissant.

22.12.2014

Le conducteur a été sauvé par son air-bag

Malgré une réglementation existante, les problèmes de sécurité routière dans le village ne sont pas résolus

Alors que la municipalité belvézienne tente de faire en sorte que la sécurité des habitants soit assurée par le biais d’une réglementation de limitation de vitesse dans l’agglomération, il ne se passe pas un jour sans que l’on constate que certains automobilistes enfreignent les règles. Ces constats sont régulièrement faits principalement aux entrées du village, route de Bellegarde, route d’Alaigne ou bien même à l’entrée principale en provenance de la RD 623 malgré la présence de la brigade de gendarmerie. La vitesse limitée à 50 km/h dans les limites de l’agglomération et même à 30 km/h au cœur du village est bien souvent mal respectée. Si quelquefois des contrôles radar parviennent à ralentir ces débordements réguliers, les mauvaises habitudes sont vite de retour. En cette nuit du vendredi 19 au samedi 20 décembre, route de l’Ariège, un conducteur a perdu le contrôle de son véhicule qui a violemment sectionné un arbre avant de s’encastrer dans le suivant. Fort heureusement, les dégâts ne sont que matériels et avec le bon fonctionnement des air-bags, le conducteur s’en est vraisemblablement sorti indemne. Au petit matin les premiers passants belvéziens ont pu constater l’ampleur de cet accident découlant très certainement d’une vitesse excessive. Voiture accidentée Place Gare.jpg

Après avoir sectionné un premier arbre, le véhicule s’est encastré dans le suivant.

01.04.2014

Un platane victime d'un vent Marin furibond

 

Au cours de la journée de ce dernier samedi de mars, un vent marin d’une force inhabituelle a secoué le Razès et particulièrement notre commune. Containers de poubelles renversés, bâches de jardins envolées sans parler de la végétation qui s’est arc-boutée sous les violentes rafales de ce disciple d’Eole. Sur l’avenue du Lac, l’un des derniers platanes qui borde la route en direction de Bellegarde, n’a pas résisté à cette soudaine furie et s’est fracturé aux deux tiers de son fût dans un bruit à tel point fracassant qu’il a été entendu par les pêcheurs du lac. L’arbre s’est couché en travers de la chaussée, interrompant de ce fait la circulation routière.

Aussitôt informée, la municipalité a fait le nécessaire pour dégager la voie et ce sont Dominique Raygner, employé municipal, et Yvon Béteille, bûcheron de son métier, qui ont débité l’immense ramure pendant qu’un adjoint au maire se chargeait de dévier la circulation par le haut du village.

Fort heureusement, aucun véhicule ne passait par là au moment où l’arbre s’est abattu. Cet arbre victime de la fureur éolienne avait l’intérieur du tronc dans un état de pourriture avancée. La dernière expertise phytosanitaire relative aux platanes qui jalonnent la traversée de Belvèze datant de 1990, il devient urgent de refaire un état de santé de tous ces arbres avant qu’un accident plus sérieux ne survienne. Après renseignements pris auprès du secrétariat de la mairie, une nouvelle expertise va être réalisée prochainement et des platanes présentant des risques réels pour la sécurité des usagers seront certainement abattus.Chute platane.jpg

Fragilisé par la pourriture, ce platane n’a pas résisté aux violentes rafales du vent Marin.

02.01.2014

Cagoulé, il vandalise des stations d'épuration dont celle de Belvèze

D'importantes dégradations ont été commises par un individu en colère contre un service de gestion de l'eau. Des plaintes ont été déposées.

Dans les stations d'épuration de Belvèze-du-Razès, Malras, Gaja-et-Villedieu, Malviès et Verzeille, la nuit de Noël, de même que le lendemain, ont été pour le moins mouvementés.

Elles ont en effet subi d'importantes dégradations. Les mairies concernées ont d'ailleurs été porter plainte à la compagnie de gendarmerie de Limoux le vendredi 27 décembre. Apparemment, l'auteur serait un individu qui n'aurait pas accepté une décision le concernant, émanant du service des eaux gérant certaines de ces stations. Un technicien de ce service des eaux, qui s'est rendu en voiture à la station de Belvèze, est quasiment tombé nez à nez avec l'inconnu. Selon ce témoin, l'homme avait le visage cagoulé, il portait des rangers et il laissait paraître un comportement plutôt agité. A l'aide d'un pied-de-biche, il a même fracassé le pare-brise du véhicule appartenant au technicien du service des eaux tout en proférant vers lui des menaces verbales.

Du côté de la gendarmerie, aucune information n'a filtré sur cette affaire. Une enquête est en cours.Station épuration Belvèze-du-Razès.JPG

La station de Belvèze où ont eu lieu les dégradations.

07.06.2011

Les escapades de deux aliborons

C'est à une animation particulière et quelque peu cocasse qu'ont eu droit les lève-tôt belvéziens ce lundi 6 juin, aux environs de 7h, avec l'apparition de deux ânes qui erraient dans les rues du village. Épris de liberté, ces deux aliborons n'en sont pas à leur première escapade puisqu'ils ont pour habitude de se faire la belle dès que l'occasion se présente. Résidant dans une ferme voisine, leur propriétaire est chaque fois obligé de venir récupérer les évadés pour les reloger dans leur enclos. S'il eût été encore en vie, nul doute que Jean de La Fontaine en aurait bien écrit une petite fable. Hi ! Han !Ânes dans rues Belvèze.jpg

Les deux compères en visite dans les ruelles belvéziennes.

15.01.2011

Un nid de frelons asiatiques détruit en bordure du Sou

 

Originaire d'Asie, comme son nom l'indique, le frelon asiatique "Vespa velutina" prolifère rapidement depuis quelques années dans les régions de France.

Cet insecte qui construit ses nids sphériques pouvant atteindre la taille d'une lessiveuse à très grande hauteur dans les arbres, est réputé pour s'attaquer et tuer les abeilles ouvrières des ruches (Apis mellifera et Apis cerana).

Si les nids peuvent parfois être pillés par les geais ou les pic-verts, l'insecte en lui-même ne connaît à ce jour aucun prédateur et il suffit seulement d'une dizaine de frelons pour condamner une ruche.Nid frelon asiatique.jpg

C'est pourquoi il convient de détruire cet insecte nuisible avant le printemps, lorsqu'il est en période d'hibernation, pour éviter non seulement la disparition des abeilles mais également pour protéger la population d'éventuelles attaques envers l'être humain car les piqûres de ces frelons sont dangereuses par le fait d'un empoisonnement au venin, le dard perforant l'épiderme jusqu'à 6 millimètres de profondeur. 

Repéré par le voisinage, le nid de frelon asiatique perché sur un peuplier jouxtant la rivière a été délicatement enlevé par Dominique Raygner, employé municipal, qui s'y est pris très prudemment pour ne point troubler la somnolence des insectes.

Mais une fois au sol, il s’est avéré que le nid ne contenait que des larves qui seront bien entendu neutralisées.

Ouf ! Longue vie à nos douces abeilles.
Photo: Le nid de frelons sera complètement détruit.