27.10.2017

André Jeanson vient de nous quitter

Jeanson André.jpgA l’aube du mercredi 25 octobre, la triste nouvelle du décès de « Dédé » Jeanson à l’âge de 63 ans a rempli de stupeur notre village. En l’espace de deux mois, son état de santé avait brusquement décliné à tel point que dernièrement il avait dû être admis au service des urgences de l’hôpital de Carcassonne. Victime d’une maladie fulgurante et irréversible « Dédé » n’a malheureusement pas eu les forces nécessaires pour renverser son destin.  Belvézien d’origine, André s’était tout d’abord expatrié en Provence pour travailler à La Poste mais très rapidement son besoin des rentrer au « pays » l’a fait revenir à Belvèze où il a pu trouver un emploi de serveur au bar du Chêne-Vert. Une vie professionnelle qu’il affectionnait au contact de nombreux clients et en compagnie des gérants successifs, notamment la famille Blondin qui l’a employé durant de nombreuses années. Sa silhouette derrière le zinc du troquet belvézien était incontournable et va grandement manquer à tous les habitués de ce lieu de rassemblement convivial. « Dédé » avait été aussi impliqué dans la vie associative du village avec l’ancien comité des fêtes et surtout avec le Razès Olympique dont il a longtemps porté les couleurs avant d’y œuvrer comme dirigeant. Cette année encore, il était l’un des responsables de l’école de foot et enseignait les valeurs de ce sport à une ribambelle de gamins. Avec cette disparition prématurée, c’est une figure incontournable du village qui s’efface et qui laissera un grand vide. La cérémonie civile aura lieu ce vendredi 27 octobre 2017 à 8h30 au crématorium de Trèbes suivie de l’inhumation à 14 heures au cimetière de Belvèze-du-Razès. En ces moments douloureux de profonde tristesse, nous adressons nos très sincères condoléances à sa maman Huguette déjà très fortement éprouvée par le décès d’un autre fils, Thierry en 2012, à son frère, sa sœur, toute sa famille ainsi qu'à toutes les personnes plongées dans la peine par ce deuil.

31.08.2017

Pierre Fédou est parti cultiver les jardins de l'éternité

Fédou Pierrot.jpgAu petit matin du vendredi 18 août, la triste nouvelle du décès de notre concitoyen Pierre Fédou,à l’âge de 74 ans s’est propagée dans le village entraînant un sentiment de profonde tristesse tant le personnage était connu et réputé dans le Razès pour sa constante bonne humeur et sa grande générosité. Originaire de Cailhau, Pierre Fédou avait juste 16 ans lorsqu’il a commencé le travail de la terre au domaine d’Antoine Coll à Gramazie. Il a dû rapidement interrompre cette vie active pour aller faire son service militaire en Algérie qui se trouvait en période de conflit. A ce titre, il avait été honoré en mars 2016 par la remise de la médaille de la Reconnaissance de la Nation.

Au retour de cet exil, il épousera Marie et le couple s’installera au domaine de Malleville sur la commune de Routier. Sa vie sera bousculée en 2002 avec tout d’abord la disparition de son épouse à la suite d’une longue maladie, ensuite avec ses droits à la retraite qu’il fera valoir au terme de nombreuses années de bons et loyaux services. C’est alors qu’il se consacrera entièrement à ses autres passions que sont le jardinage et l’élevage de volailles. D’un tempérament jovial complété par une générosité sans limites, « Pierrot » comme tout le monde aimait l’appeler, a fait profiter à une multitude de gens, d’amis, de voisins le fruit de ses passions.

C’est en 2015 qu’il viendra s’installer à Belvèze avec sa compagne Madeleine qu’il épousera le 9 juillet 2016. Malheureusement des premiers signes de fatigue générale l’ont grandement affaibli par la suite et son état de santé n’a cessé de décliner jusqu’à ce que ses dernières forces ne l’abandonnent. Son éternel sourire, sa bonne humeur permanente nous manquent déjà. A Madeleine son épouse, sa famille, ses amis, ainsi qu’à toutes les personnes que ce deuil afflige, nous adressons nos très sincères condoléances.

Photo : Jovial et généreux, « Pierrot » Fédou était un jardinier hors pair qui savait donner sans compter.

26.06.2017

Figure emblématique du village, André Revel nous a quittés

Revel André 1.JPGDepuis déjà quelques temps, l’on savait que sa santé s’était grandement aggravée au point d’être hospitalisé pour recevoir une lourde thérapie. André Revel vient de nous quitter à l’âge de 82 ans, victime d’une maladie implacable et irréversible. André était une figure emblématique de notre village puisqu’il avait tenu durant de très nombreuses années une épicerie locale en compagnie d’Yvette, sa première épouse, avant de la faire prospérer et d’ouvrir l’une des premières supérettes locales. Très impliqué dans la vie belvézienne, il faisait partie de nombreuses associations parmi lesquelles le Razès Olympique ou la MJC du Razès dont il fut l’un des présidents. André Revel avait également fait plusieurs mandats au sein de la municipalité de Belvèze au sein de laquelle il ne manquait pas d’apporter une réelle efficacité par des conseils avisés. Passionné de photographie, il avait été également durant de nombreuses années le correspondant local de La Dépêche du Midi. Ses obsèques civiles ont été célébrées mardi 20 juin 2017 en présence de sa famille et de très nombreuses personnes venues lui rendre un dernier hommage. En ces moments de profonde tristesse, nous adressons à Martine son épouse, Claude sa fille, Pascal son beau-fils, ses petits-enfants et arrière-petits-enfants ainsi qu’à toutes les personnes affligées par ce deuil, nos très sincères condoléances.

Le village dans la peine

D’autres décès sont également venus endeuiller des familles belvéziennes : Rose Paniagua (92 ans), domiciliée à Malras qui était la maman de notre concitoyen Guy Paniagua, José mancheno (85 ans) originaire de Mazerolles qui habitait à la Résidence du Parc, Arlette Gély (79 ans) inhumée à Routier et qui avait longtemps vécu dans notre commune. Nous aurons également une pensée pour la famille Jacquiot domiciliée à la Résidence du Parc qui a également subi l’épreuve douloureuse du deuil. A toutes ces familles plongées dans la peine ainsi qu’à leurs proches, nous adressons nos très sincères condoléances.

22.06.2017

Ancien potier belvézien, Gilbert Serres nous a quittés

Potier Gilbert SERRES 1.jpgLa triste nouvelle du décès soudain de Gilbert Serres à l’âge de 73 ans, nous est parvenue depuis Montastruc-de-Salies (Hte-Garonne).

Le défunt était grandement connu dans le Razès et particulièrement à Belvèze puisqu’il avait aménagé dans le courant des années 80 en compagnie de son épouse Paulette et de ses deux filles Geneviève et Isabelle, une poterie artisanale sur le site de l’ancienne tuilerie à l’entrée de notre commune. Passionné de l’argile et de la céramique, Gilbert qui savait tout donner sans compter avait aussi transmis son savoir-faire, son talent et son temps à plusieurs apprentis.

C’est dans un esprit évolutif et avec de nouvelles ambitions que le couple installait quelques années plus tard, en 1991, un nouvel atelier de poterie du côté de Montastruc-de-Salies, encore dans une ancienne briqueterie. Une poterie que Gilbert Serres à fait prospérer avec une production artisanale d’envergure et la technique de fabrication dite « à la corde » qui lui permettait de produire des pièces gigantesques. Il avait également agrémentée ce site par un accueil d'artistes potiers qui venaient régulièrement exposer leurs créations. Gilbert laissera à jamais dans la mémoire des belvéziens le souvenir d’un homme énergique, généreux et jovial.

Dans ces grands moments de tristesse, nous adressons nos très sincères condoléances à son épouse Paulette, à ses filles Geneviève et Isabelle, à leurs proches ainsi qu’à toutes les personnes que ce deuil afflige, nos très sincères condoléances.

28.12.2016

Ghislaine Grastilleur s'en est allée

Grastilleur Ghislaine.jpgDans la journée du mardi 13 décembre 2016, c’est avec une grande tristesse que nous est parvenue la nouvelle du décès brutal de Ghislaine Grastilleur à l’âge de 55 ans, domiciliée à Limoux. Originaire de Bellegarde-du-Razès, Ghislaine qui avait passé son enfance au domaine de Rouzet où ses parents étaient employés agricoles, était bien connue et estimée au cœur du Razès, notamment à Belvèze où réside sa maman, Marie-Blanche Imart. C’est en présence de nombreux amis venus entourer sa famille, que ses obsèques religieuses ont été célébrées vendredi 16 décembre en la chapelle du crématorium de Trèbes, suivies de la crémation.

A ses enfants, Anaïs et Yann, à sa maman, notre concitoyenne Marie-Blanche Imart, à toute sa famille ainsi qu’aux personnes affligées par ce deuil, nous adressons nos très sincères condoléances.

16.12.2016

Jacqueline Sarda nous a quittés


Sarda Jacqueline.jpgC'est avec une infinie tristesse que nous avons appris le décès de jacqueline Sarda. On la savait très affaiblie mais la nouvelle de son décès à l’âge de 75 ans, a plongé son village de Bellegarde-du-Razès et ceux qui l'ont connu dans la stupeur.

Très active dans plusieurs associations locales, membre de la chorale d’Alaigne « La Ritournelle », Jacqueline était également depuis de nombreuses années la correspondante attitrée de « La Dépêche du Midi ». Sa silhouette était indissociable de tout événement qui pouvait se passer dans le Razès ou bien dans le Kerkorb. Toujours avec le sourire, consciencieuse, elle notait les moindres détails, mettait son oeil derrière l'appareil photo et offrait aux lecteurs des chroniques teintées de petits mots personnels, tendres. Une petite familiarité qui faisait le charme de son style reconnaissable entre tous. Jacqueline savait aussi retranscrire la vie de son village sur son blog très suivi dans la région et même au-delà des frontières. Elle ne manquait jamais de le mettre à jour. Son autre passe-temps favori était la chine dans toutes les brocantes ou vide-greniers des alentours où elle fouinait pour trouver des objets vintage, qu’elle affectionnait tant. Parfois elle étalait son stand pour proposer une multitude de bibelots avant d'acheter de nouvelles collections hétéroclites.

En ces moments de profonde tristesse, nous adressons nos très sincères condoléances à son époux Claude, à sa fille Martine, à sa famille ainsi qu'à toutes les personnes affligées par ce deuil. 

14.12.2016

Serge Vidaud n'est plus

Vidaud Serge.jpgVendredi 9 décembre ont eu lieu les obsèques religieuses de Serge Vidaud, décédé à l’âge de 85 ans. Originaire de Lisieux (Calvados), et fils aîné d’une famille de quatre enfants, Serge a passé son enfance et sa jeunesse à Paris où il a fait ses études pour être embauché par la suite dans une société de travaux publics. De son union avec Alberte naîtront trois garçons, Gilbert, Lionel et Henri.

C’est en 1957 que Serge Vidaud obtient un poste à Toulouse, ville dans laquelle il restera trente-six années avec toute sa famille. L’heure de la retraite arrivée, il viendra avec s’installer à Belvèze dans la maison familiale d’Alberte pour y mener une vie simple et paisible. Serge était un passionné de tennis de table, un sport où il excellait et qui a empreint une large partie de sa vie au point d’en devenir arbitre international. Il était également impliqué dans la prévention routière et avait été tout au long de sa vie un donneur de sang assidu. C’est au titre de son grand investissement personnel qu’il avait été décoré de l’Ordre National du Mérite. Ses journées de retraité, il les passait souvent à disputer des parties acharnées de pétanque.

Malheureusement, il y a un an, une fracture du col du fémur l’immobilisait à l’hôpital et un état de grande fatigue ne lui a pas permis de faire une rééducation normale. Son état de santé en dégénérescence l’a conduit à une issue fatale.

En ces moments de profonde tristesse, nous adressons nos très sincères condoléances à son épouse Alberte, à ses enfants et petits-enfants, à sa famille ainsi qu'à toutes les personnes affligées par ce deuil.